» » Aferim!
Aferim! streaming
HD


Voir en HD

Aferim! Film Streaming HD

Lecteur

Synopsis du film Aferim!

Film Streaming Aferim! Complet en français sur AnyFilm : Si je vous disais que le nouveau film "Aferim!" a été mis en place au milieu des années 1800 et a suivi quelques chasseurs de primes alors qu'ils parcouraient la campagne à la recherche d'un esclave échappé, il y a de fortes chances que vous puissiez supposer que cela a eu lieu en Amérique dans ces années sinistres avant la proclamation d'émancipation et que cela le film a servi comme un autre exposé de l'un des aspects les plus honteux du passé de notre nation. En fait, ce drame intelligent et parfois assez puissant se déroule en Roumanie. Mais même si l'emplacement peut sembler éloigné, Le film se déroule sur le territoire roumain de Valachie en 1835, une période où il était techniquement sous domination ottomane mais essentiellement sous la coupe de la Russie et où le peuple rom, essentiellement gitan itinérant, était ouvertement acheté et vendu comme esclave. Alors que l'histoire s'ouvre, l'agent de police local Costandin (Teodor Corban) a été embauché par l'un des principaux propriétaires fonciers de la région pour retrouver et rendre Carfin ( Toma Cuzin ), un esclave qui aurait volé de l'argent et s'est enfui. Accompagné de son fils adolescent Ionita ( Mihai Comanoiu), Costandin parcourt la campagne à la poursuite de Carfin, battant, humiliant et abusant de quelque manière que ce soit tous les paysans ou Roms qu'il rencontre comme moyen d'obtenir des informations sur le lieu où se trouve Carfin. Finalement, les deux parviennent à retrouver Carfin au domicile d'un couple de paysans âgés et à l'emmener avec un autre fugitif rom, un jeune garçon nommé Tintiric ( Alberto Dinache ). Il s'avère que Carfin n'est pas exactement l'esclave sous-humain que Costandin aime à croire que tous les Roms soient - il raconte des histoires de ses voyages à Paris, Vienne et Leipzig dans l'espoir que Costandin trouvera dans son cœur de le laisser partir. Lorsque cela ne fonctionne pas, Carfin révèle alors que la vraie raison pour laquelle il s'est enfui est qu'il a été surpris en train de coucher avec la femme de son maître - non seulement cela, c'est elle qui a fait la majorité de la séduction - et que s'il est retourné, son maître le tuera presque assurément par vengeance. Bien que cette histoire amène Ionita à avoir des doutes sur leur mission, Costandin pooh-poohs inquiète et assure à la fois son fils et Carfin qu'il utilisera son influence considérable en tant que constable pour s'assurer que Carfin ne recevra que des coups et rien de plus. Hélas,Alexandru Dabija ), ils découvrent que non seulement il a une punition en réserve pour Carfin qui est sans doute pire que la mort, mais que le pouvoir et l'influence perçus de Costandin ne représentent absolument rien par rapport à ceux qui ont un pouvoir et une influence réels et qui n'hésitent pas pour le manier. («Aferim», soit dit en passant, est un mot turc ottoman qui équivaut à peu près à «bravo!» Et son utilisation ici est résolument ironique.) "Aferim!" est le troisième long métrage du réalisateur Radu Jude . Bien que je ne puisse pas dire que je connais ses efforts précédents ("La fille la plus heureuse du monde" et "Tout le monde dans notre famille"), ses compétences en tant que cinéaste ne peuvent pas être niées ici. En racontant une histoire qui n'a pas vraiment été transmise auparavant cinématographiquement (selon IMDb, il n'y a eu qu'un seul autre film pour aborder le sujet de l'esclavage des Roms et qui était un long métrage silencieux perdu depuis 1923), lui et le co-écrivain Florin Lazarescuont créé un récit méticuleusement étudié qui peut ne pas être basé sur une histoire spécifique mais qui contient suffisamment de moments de vérité humaine reconnaissable, allant d'un sentiment de colère palpable (en grande partie dirigé contre le clergé, dont beaucoup étaient eux-mêmes propriétaires d'esclaves roms) à une séquence d'humour noir vivifiante (comme une scène impliquant un prêtre qui déchaîne une série de coups raciaux et ethniques qui déconcertent même le joyeusement raciste Costandin), pour lui donner un sens du réalisme qui fait trop souvent défaut dans la plupart des docudrames de en retard. Sur le plan de la réalisation, Jude obtient de fortes performances de ses trois rôles principaux et, avec l'aide du directeur de la photographie Marius Panduru, a créé un film d'une rare beauté (tourné en grand écran 35 mm et dans la gloire du noir et blanc) qui évoque parfois les beautés simples des westerns classiques. S'il y a une plainte à formuler contre "Aferim !," c'est que Jude a choisi de ne donner aux téléspectateurs aucune explication sur cette période clé de l'histoire roumaine avant de les déposer dans le récit (il n'y a qu'un titre carte de lecture "Valachie 1835"). Bien que l'on soit capable de ramasser suffisamment de détails en cours de route, peut-être qu'un peu plus d'informations historiques auraient pu être utiles à ceux pour qui cette époque et cette région du monde demeurent un mystère. Bien sûr, il est toujours possible que Jude souligne simplement que le lieu et le temps de son histoire ne sont pas vraiment le point - ce qui est important est de reconnaître que le concept de personnes faisant preuve d'une cruauté inimaginable envers les autres sur la base de choses apparemment arbitraires comme race, sexe, religion, l'orientation sexuelle ou le lieu de naissance est quelque chose de familier tout au long de l'histoire du monde et qui, malheureusement, continue jusqu'à ce jour. À un moment donné, Costandin demande rhétoriquement si les gens se souviendront et reconnaîtront tout ce que lui et des gens comme lui ont fait 200 ans à l'avenir. La réponse, comme "Aferim!" rend tristement clair, c'est oui..